• Sat. May 1st, 2021

Structure d’Automatisme Pensée Littéraire Haïtienne ou Création du G créole

Byadmine

Jun 4, 2019

LITTÉRATURE INTERDITE

Si Pedro Domingo partageant l’île avec Pierre d’Haïti ne se la font en deux solitudes siamoises, se croisent-ils en un culmen d’incompréhension mutuelle confortable de la pensée, du langage ?

Sommes-nous ici dans les relations internationales grand patron de diplomatie, cultura is est. De structure de langage dans un but d’étalage, le français. De partage et d’imposition de la pensée, l’américain. Soit-elle étoffée, sponte editus, agressive, artium, amicale, au gré du refus on se la dit on se l’écrit. L’académie étant perçue tel l’autel du structuralisme les hautes études la clef de voûte du politique. Souvent pervers. Et, l’automatisme la porte utilitaire du romancier à succès. Biais hélas est souvent art pour éprouver le temps comme art est aussi biais pour gagner du temps. De ce fait, sommes-nous d’une pensée littéraire par acculturation (pactum commodum ou affectio), par grande croisade du hasard, par androgynéité (de naissance ou par croissance). Et alors, l’automatisme a-t-il une structure clef dans le GPhilos haïtien, quelle est-elle, qui dépose ?

Ab absurdo, partant de locution latine, raisonner par l’absurde dont voici l’interprétation : «raisonnement dans lequel, pour démontrer une proposition, on commence par supposer la proposition inverse ; si on aboutit à une absurdité, on admet, selon le principe du tiers exclu, que la proposition initiale était vraie». Aléa est, la tâche fastidieuse, millénariste tandis que nous bicentenaire, impératif oui, on se réveille Culture d’Épilogue en Sociatrie Littéraire Haïtienne. Je l’ai soulevée (spinae) dans un précédent texte. Le zombi a survécu à l’apocalypse. Il nous faut comprendre le contenu et l’objet du contenu ad erbum : «Haïti produit les meilleures mangues au monde», dixit l’ambassadeur Gilles Rivard (src-grands-entretiens-XX1esc 21:50-20/10/16). Si instrument, ingrédient sémantique, lequel quand l’interprétation de «Pézé kafé» du New Mexico State Choir 2013/PSCA Concert touche une référence du Généralisme Ayisyen «yon gendam arété mwen». Je m’arrête ici l’espace d’un son-musique, de l’image invisible qui déclenche

[Prenons cette peine, insistons. Ici, la rigueur toujours dans le but d’interroger. Dauphin nous dit, para-2, P.72 : «il appert que les équivalences lexicodes attribuées… les degrés cinq et six et l’octave d’une même échelle tonale donnent le signal de l’apparition de la déesse».

Est-ce alors sans intention de défendre le crime, un élément déclencheur, étudié en psychiatrie aussi, qui fait Pézé Kafé terrifiant chez nous, même contesté dans sa forme québécois mon’oncle. L’auteur nous prépare en P.48 para-2, je cite : «le battement de tambours, le martèlement de…. et à s’identifier à lui». Donc musique-son langage-danse = théâtralisation corporelle réelle ? Et, P.54/55 para-4 : «aisance du bòkò à tisser sa mélodie à partir de fragments d’anciennes langues et mélodies africaines et de formules… issues du grégorien». Ce qui néanmoins s’expliciterait  chez M Momplaisir P.200, qui ainsi cite lui-même J Fouchard : «qu’avant 1789… 1/3 fons, 1/3 de Yoruba, 1/3 de Bantous». Étalage asymétrique, est-ce là l’origine, l’objet de perte sérieuse de direction (Pézé Kafé), par ces fragments mal associés ? P.61 para-3 : «désarticulation du corps provoquée par cette rythmique imprévisible achève de priver l’adepte de tout contrôle de sa personne». Y a-t-il un abrégé quand le Hougan Joseph P Léonard parle d’Ibo thérapie ?].

Revenons au caporalisme soutenu dans l’article cité. Ainsi, kafé, mango sont-ils attachés à notre sponte editus drainant plus que le goût, la saveur décrite par l’exo Rivard, mais par cette rétention associée à la honte de nos émotions spontanées dans nos relations nationalistes. Oh résilience, kafé intéresse ici l’après apocalypse, car l’homme nouveau a gardé l’épargne du set sexuel, surtout celle trouvée en la jeune fille arrêtée par le gendarme au pouvoir étendu dont le symbolique père inconséquent dans plusieurs foyers type. Exéat omnipotent, l’homme muté humain en simulation d’épilogue, d’où le postulat d’un/du G kréole étalé, y/en sommes-nous ? Recomposons alors le Nous haïtien. Sommes-nous ici, Scrotum, de la Conversation haïtienne à l’ablatif, ablativo, pêle-mêle ? Suis-je pertinent-là dans le domaine du langage, à titre de culture partagée en littérature, l’encoder serait-il alors à l’Ayisyen, un avantage une avenue à considérer une Gnose ou pas ?

Mémoire sémantique. Café nous impose-t-il la jeune fille victime étalée, sur l’iconostase vaudoue, prédation caporalisme qui la met aux arrêts, automatisme, transe, introjection, abuser d’elle par intromission, tic de l’empressement du guerrier qui ne sait attendre ne sait séduire. Béhaviorisme qu’il faut refouler cacher. Intrigue dévoilée en scène Alcibiade, C cloué. Comment vendre alors le café sans la pensée ‘pézé kafé‘. Comment faire un label Kafé Ayisyen quand le poids de la honte pèse au fond du grain sur la balance exportée. C’est d’ailleurs un instrument de référence que le Québécois (mon’oncle duplessisme francoreligieux) a vivement rejeté (boubou makout). Il peut même tenter de soutenir un Trudisme basé sur ce rejet. Double résonnance il ne faut s’y égarer-là. Journaliste politique, Michel Vastel (de Normandie) dans Briser le silence : «le grand corps de l’homme un peu alourdi par ses [40] ans, se glisse sur la peau douce d’une fillette de [11] ans», P.96/chap.6 du livre, sur la vie de l’artiste Nathalie Simard (2005-Libre Expression), dénote autant que Danielle Laurin journaliste rectifie in roman de Renée Martel (2014-Québec Amérique), une sous-culture [du viol] locale, pathologie francofacteur commun en parallélisme ailleurs (Parlement/Ottawa). Vêpres colonialistes vécues que Sheila Cops dénonce a fortiori. Auto flagellation contre «zokiki» ayisyen non, mais le cas Maire-Deguire est reconnu criminel in fact.

Éprouvons le G-Philos, ceci fait du Nou sé kréol l’être en profond aléa d’exorcisme là où l’on sanctionne l’expertise J Campion, ce prélat en meute, en train de se dévider au fond de la cascade qui coule, régénère. Mal c’est pathologie désespérée, bien c’est lessivage permanent programmé, alea jacta est… saeculorum. Bon dans les deux cas à être déprogrammé. Pauvre analogie je concède, mais l’exemple cité par J. Leblanc dans l’édition du Montreal Community Contact sept/17 vol.27 no.18, P.18 «Afro German teenager survived Buchenwald Concentration Camp», qui parle de Gert Schramm fils de Jack Brackson ing., afro-américain/San Francisco et de l’Allemande M Schramm, laisse pantois si l’on considère la mémoire étouffée, l’évolution meurtrie, le langage dispersé, «non erat his locus» ce n’était la place pour cela, «non bis in idem» pas deux fois pour la même chose. Non à ce prince déchu malgré le caporalisme édité.

Il devient en effet fastidieux quand soutenir sa plaidoirie en ce sens, car, il faut éviter le biais certes, mais, de dévoiler l’intense retenue génératrice : double langage. Lequel acte nous rattrape souvent, mais ne nous sert pour autant. Une précision. Plaidoirie non pas thèse, car je ne peux la soutenir par effet pervers caché, mais plaidoirie présuppose une mise en accusation. Je dis donc fastidieux, mais aussi dans le sens de rendre logique, intelligible sans s’épingler. Piège. Car, s’il faut compiler diluer démontrer, l’étranger Rivard ignore-t-il ce ver dans sa coopération, dans sa négociation bilatérale haïtienne ? J’ai à cet effet, effectué une recherche sommaire brute sur le tentaculaire w3 pour trouver des associations logiques pures dans les octets (groupe de 8 bits) de bases de données qui ne sont manipulées en ce sens sinon par nos alertes qui ont pour effet d’inséminer. Haïti en ce monde de relations numériques dédiées, en TO (tétra octet). Monde où «le patnè» est adopté, encodé pour/par le Chinois qui parle du Pedro comme personne fiable à l’Arabe, à Montréal. Cela tenant de dérision, mais quand le constable italien pige in sponce editus avec son coéquipier irish, il est légal jusqu’à interdiction corporative, surtout Gnose. Exogamie donc littérature en G-lobal kréole, un caractère qui renferme trois lettres en géométrie haïtienne.

Le clic Google brut sur Haïti propose promptement Duvalier qui en matière de littérature offre en littoral, Piquion (brouille avec Fr. Duvalier et a décidé de ne plus sortir de chez lui). Pierre Mabi (Dr François) ; Jacques Romain, Fr. Duvalier, Léonce Viau, Michel Aubourg, archéologue. Ainsi parla l’oncle, Lorimer Denis ethnologue = Duvalier dont Œuvre Essentielle. Roger Gaillard = Ayisyen est haïr le sien (je signale ici que ce n’est de mon imaginaire pathologique personnel). Jean Baptiste Romain (anthropologue) ; Ogou batala Pie Aleman Lemiso de Juan Alberto Pichardo et Lakou Badjo Misixmatch. Paris PHD, Vernet : appel pour des cours en linguistique. Jean Fouchard historien respecté par Leslie Mannigat. Frère Gamaliel, Saint-Louis de Gonzague l’œcuménisme avant la lettre, père Momplaisir. Philippe Marie De Meza = nèg saint-marc.

Matière brute d’habitudes de recherche qu’il faut décortiquer dans le G-ayisyen. Mémoire en proximité logique analogique. Sémantique non méta basée sur des statistiques qui deviennent des alertes. Je comprends par-là que la même logique s’offre à l’exogène, même face au Hindi. Alors, G créole proposant C et r, rend invisible chez les ombres qui dépassent les ondes de vitesse, est-il solution contre l’égoportrait grandissant du réseau social manipulé en faveur de, imprimant une clef ?

Poursuivons-là, imago ayisyen out door tentaculaire/w3 dans la pensée utilitaire globale. Omettant l’Haïtien, zombi in cinéma mondial est la peur de Joe ; légende urbaine, description scientifique médicale, radio/télé. Ensuite et intimement lié, quand on parle de réalité virtuelle a contrario du réel palpable, l’univers invisible haïtien est en alma parens sur ce parcours, d’abord très critique, mais de plus en plus in, si l’on considère les technologies. Téléportation, hologramme, bilocation, EHC/avatar. Je ne suis là in comenticius sinon alucinatus, que cela devienne ego dépendance. Moult films sont tournés avec une induction haïtienne sans citer la géométrie créole. Le G kréole pensée équilibre que tente de soutenir Joseph P Léonard, dans le stimulus intime de DAHO. Hougan qui opère en réalité sans le dire, le même exercice d’apocalypse, rééduquant sans oser un bilan. Ceci dessine un profond besoin de redéfinition collective, plus loin que ce qui concerne ma vision. Car M Momplaisir toujours en P.200, nous ramène «le baron de Wimpffen dans sa Lettre XV en août 1789» où il le cite ainsi, parlant du vodu dahoméen : «s’est imposé, avec des accommodements, au point de connaître aujourd’hui encore une vitalité toujours jeune». Régénérescence, G créole !

Composons avec Philippe Walter en anthologie, forme de besoin de comparaison, dans Naissance de la Littérature française IXe-XVe siècle. Si tous les éléments étaient là, ou, l’on aurait mis la table pour servir des éléments choisis, il souligne un fait important en préface. «Devant la multiplicité des documents et des monuments littéraires, il est souvent difficile de se repérer et l’obstacle de l’ancienne langue [fragment ancien in Dauphin] n’arrange rien». S’il faut contenu et contenance pour ce faire d’une part, la littérature créole ne peut partir du même pied d’œuvre par le fait migratoire forcé qui n’a favorisé ni archives orales, ni hiéroglyphes en quelque sorte. Deuxio, Dauphin en P.36-37 de son ouvrage soulève et utilise un terme d’une rareté symbolique révélateur. «Il émane de ces danses une sensualité intense, traduite par le tressaillement convulsif de la tête et des épaules, dans le petro, par l’ondulation du torse, imitation du serpent, dans le yanvalou, par le jeu des pieds grattant… la manière des gallinacés, dans le mayi18». In facto le terme symbolique sollicité ici se trouve au paragraphe précédent, «gestes tout à fait lascifs», «opposés à la pudeur». S’impose alors un Dico pour « Yayade » cité dans l’ouvrage aussi. Geste impudique qui impose le refus d’expression, de littérature explicitant le geste. Privation. Retenue, relâche, défoulement nocturne à l’ombre de/du. Sommes-nous tant Scrotum (bourse cutanée, étymologiquement vient du son mwoum (naturel) qui explique que l’on parle du sexe, d’où la chanson africaine ‘ome’ de son mwou qui donc en l’exprimant a été bannie de la mon’oncle religieux, mais ce qui aussi, naturellement aurait la vertu d’éveiller ou de reconnaître la saveur et la senteur du sexe, depuis le G philos. Absence de scolarisation de faits et termes. Mais, quand on étudie au même titre les notions ballet pour jeune fille, ballet oriental, qui expliquent, instruisent le Dionysos en nous (lemiso grecque), il faut avouer de gré que l’héritage cité par Philippe Walter ne nuisait pas plus que l’absence et l’interdiction d’héritage imposée par le cyclique esclavagiste même après sa chute. Cela aurait-il imposé une forme de structure d’automatisme ou, la pénalité vécue at large en automatisme, postulat que l’on appuiera par «le test de la poupée blanche», non pour tout justifier, mais afin d’essayer de discerner, surtout dans notre culture d’épilogue qui finira par soit avorter, soit de l’apocalypse, transmuter, si l’on se la doit active, décomplexée.

Évoquons Le Matérialisme Dialectique de Gustave Wetter S.J., publié chez Desclée de Brouwer dans le chapitre ‘Le mouvement philosophique depuis 1931’, P.209 (les lettres de Staline sur la linguistique). C’est en bref Staline qui après (12) ans de pouvoir à l’ombre des notions de Nikolaï Yakovlevitch Marr, ce qui représente une importante période charnière au sens élargi, décide de s’en débarrasser sans pour autant lui permettre de conférer les pouvoirs par inversion sur l’autre rive. Marr est cette trilogie du langage comme superstructure : «idéologies simples» «idéologies élevées», «stadialnoié razvitié (bon progressif)», soit il n’a vu venir Staline de cette direction soit l’induction a été tellement efficace que l’instructeur s’est fait dépasser par l’élève. Danger du Généralisme haïtien dans les deux cas, qui provoque la culture de l’épilogue. En outre, ce n’est en continuité à Naissances de la littérature française (Walter) ni par effet post-colonialiste que nous devons évoquer le rapport structuralisme vs automatisme. L’humain est UN. Et, par rétrospection en P.7 quand la Préface parle de «l’édifice doctrinal» qui évoque le «matérialisme historique», Nous, d’un vodou naturalisme qui nous dévore en divinité laïque comme source d’inspiration ou d’automatisme, nous devons savoir s’il existe en nous une autre forme de structuralisme cachée de l’Occident. Langage, littérature comme expression et pédagogie !

Partons ainsi en créo-l-ab. Investiguons. Pensée littéraire à travers poésie et chanson haïtienne traditionnelle. Peut-on se comprendre, nous interpréter ? Je saisis (2) choses sensibles. Elles sont ordinaires par les us/coutumes, extraordinaires par la considération. Primo, le mâle prête son dire à la femme in Pézé Kafé. Ensuite, il lui prête son ton. Ce langage en fait est soit une vile dérision en sa douce complainte, exalté il accuse sa mère, coupable de soumission sexualisée, soit une invitation intense qui prend forme en apparence sulfureuse, mais qui retient en son intimité, le prédateur. Je recense le propos du comédien populo Alcibiade. Il traduit «lagé’m, lagé’m», d’une prise de la femme qui subit l’assaut, id est Coupé Cloué. Dauphin s’abreuvant en Boncy le présente : absurde parolier, ici ce coït viril, lâche, égoïste, est la revendication de la force douce sexualité du prédateur tandis qu’amoureux (Tropicana), il est le jeune infortuné qui ne peut payer, se fait attraper : «yon milisyen arete mwen». Il dénonce le caporalisme prédateur, car, ce milicien quittera son poste (irresponsabilité) pour se faire la jeune fille convoitée par la victime. Sous couvert de protection d’une soirée, c’est un amour de protégée qui va se vouer. Soumission. Quand le mâle est authentique la musicalité in littérature est alors un acte de prédation préméditée accordé au Généralisme d’épilogue, l’instrumentation est le pieu sur lequel sied la prédation et, il faudrait dans les cordes de Dauphin, plus d’un mélomane pour percevoir le nombre d’octaves nécessaire à faire venir d’une part, et d’accepter d’autre part, ce personnage caché qui souvent prétexte le lwa chevauché pour se justifier de ce qu’il appelle en d’autres circonstances «pa fè Dessalines mwen moute’m». Cette conscience est-elle alors active, latente, non passive, car, la peinture haïtienne ne traduit ni, ne rectifie, que dire d’inspirer le romancier d’abord, la littérature ensuite. Elle est ainsi absente (hormis Jérôme Bromfay/garde forestier) chez le parolier qui dans un automatisme pur, spontané, regarde, faisons une métaphore, la mouche qui est là, la suit et si d’autres mouches arrivent, il est au gré du vent. Si les Durosier, Dérose, Duperville étaient rares autrefois même si la musicalité était basée plus sur la voix et sur le statut, que sur les paroles en soi. Cavé et Larivière sont d’autant plus appréciés aujourd’hui chez la femme pour le lyrisme qui répond à des besoins primaires d’affections avouées et revendiquées sur le tas. Automatisme.

Donc, dans une chaine de mémoire sémantique lors de la conversation haïtienne soit nationale, soit diplomatique, soit migrante et là, il faudrait plus que de la psychanalyse pour élaborer sur la retenue la résignation le refoulement qui nous imposent la soumission à notre tour par-devant le symbole de l’ancien prédateur colonialiste chez lui, que se passe-t-il dans le précipice de notre Philos ? Et, par extrapolation, que traduit que produit l’écrivain haïtien dans son calepin ? Qui est en possession de ce cerveau ou à qui se soumet-il ? Ces interrogations soulevées et alors ! D’où, je pose la question suivante : en lisant M Soukar sait-on aimer ; G Prophète devient-on génie ; A Dérose est-on artiste ; approchant P Avril devient-on général ; relisant F Duvalier est-on président ; E Douillon est-on possédé ? Parlant créole qu’est-ce le G-lobal Kréole.

Posons ici une balise. VINAY, J.P. et DARBELNET, J. dans Stylistique Comparée du Français et de l’Anglais ; Méthode de traduction, Chap.III Aspects lexicaux, p.75 para-1-2, Beauchemin 1977. Si l’on accueille la notion d’aspect appliquée au lexique présenté, soit dans les tendances, ou dans l’opposition où ils étalent ressemblance et dissemblance, ce qui expose in nuce la notion d’emprunts encore là, soit par automatisme dans la fréquentation mutuelle ou par fonctionnalisme dû au langage scientifique, soit par acculturation due à la migration, décodage ainsi possible. La gnose langagière dévoile plus qu’on aura tendance à le croire.

Peut-on doctement soutenir une thèse en disant que la littérature haïtienne n’est donc le fruit de l’écriture de château pour se sentir prince ni une lecture quelconque dans la composition de ce réalisme merveilleux. Par exemple voir la société, un besoin de langage culturel à travers le zig, un courant de Dambreville, de Lazare. Aucun élément d’orbite ni d’époque, a contrario non plus, ne sera posé en interrogation ? Ils sont par contre des clichés imparfaits de la paysannerie en ville, dus à un manque grave de finition que l’étranger a décidé comme genre. On dira avec audace, mais pour évoquer l’intégration de la chanson paysanne à Port-au-Prince, ce que Beethova Obas explique : des notes omises dans l’exclamation de ti paris & sa guitare. Laferrière dans cette conjoncture se perd en conjecture en expliquant son lien avec une toile de Philomé Obin, mais, absolument rien dans sa composition soit dit en passant paresseuse, ne vend un creuset Obin sans une photo attachée. Il ne rend cette recherche culturelle, cette envie de pourchasser une table mal flanquée d’Obin, soit-il Sénèque ou Philomé. Regardons dans les faits dans le réflexe. S’il pleut ou si vous vous rendez à un mariage, vous ne serez ce personnage Obin avec son parapluie ou son costume, ce pour un pays où il pleut et où l’on se marie. Il ne pleut d’ailleurs dans les toiles d’Obin. Et par extension quand Laferrière parle de l’Épée de Legba, c’est du folklore pour donner un sens à un imaginaire de lâche que Depestre semble traiter de « citadelle invisible ». Port-au-Prince ne serait elle-même cette principauté dans le sens de sa dénomination, car le comportement n’est appliqué pour l’appartenance, mais pour l’exclusion du personnage que l’on nommait «moun andeyò» par exclusion. Obin a-t-il envie d’être Prince de, nonobstant qu’il n’oserait le cas échéant. DL, écrivain paresseux n’est en ce sens que poids d’une industrialisation qui délocalise nos vies, elle est immédiate en ce nous silencieux. Il y a déjà travaillé par intégration. Notre litote est donc un halo d’émotions qui nous traversent par l’imaginaire du voyage, de l’espace, mais dans l’inconscient. Sponte editus, abajoue frivole, on aime l’exutoire. Oui, « richesse » dira-t-il !

Alors, établissons un postulat. Le langage ayisyen renferme des nuances qui relatent une présence d’éléments structurels inconnus de l’académie. Tiroirs multiples, cosmographies soutenues par une puissante mémoire orale virtuelle étendue. Nous voilà ici inclusifs, loin du psychiatre qui répond à une autre discipline, nous sommes aussi-là en dehors du champ de spiritualité religieuse. Nonobstant des liens qui feraient malgré tout la curiosité de chercheurs et d’initiés de ces disciplines-là. En dépit que les neurosciences s’établissent en démonstration scientifique sur le mécanisme allant de l’état-composition en passant par l’élément déclencheur jusqu’à la définition partagée en soi, cela prouverait simplement, mais heureusement, une grande capacité à explorer qui peut servir dans la soutenance de plus qu’une thèse, mais d’utilitaires. Est-ce que cette capacité quoique dualité symptomatique pour le psychiatre, pour le pédagogue, est un don issu de différentes cosmogonies, parfois passagères en accélérée (bateau, port de transit), parfois de rétention par contention (cale, marché d’esclaves) vivant le réel in articulo mortis (NDE ou peur, suffocation, déshydratation, claustrophobie), parfois par aboutissement comme l’établissement, 1804 rétroactif au débarquement/embarquement, d’où le métissage afro-indigène contrairement aux autres localités. Et même des collisions accélérées de cosmogonies rivales. Imaginons Saint-Malo période des lumières v/s le champ de cannes où pluie et fouet au dos ; télékinésie de prince africain débarquant à Port-Royal (P-a-P), se projette bilocale en une autre principauté [curieuse vivacité inversée décuplée en Roi d’Afrique, mais reprise en cette dérision décrite (wa coupé é wa wa) par Dauphin dans Histoire du style musical d’Haïti] ; blanc panyòl, […] fransé ; sommeils interrompus. Où culture devient nature. On parlera de ce phénomène mémoire malgré plus stable, chez le taxi londonien étudié : la carte-citée en détail comme un exéat. Est-ce là une véritable structure retenue dans l’oralité virtuelle, Momplaisir P.91 cite la gématrie (géométrie) aussi.

Il est donc tout à fait légitime et raisonnable de se poser la question suivante : l’automatisme haïtien en littérature, et à bien des égards esthétiques dans d’autres disciplines, est-il une transe ou une forme de transe (qui nous rend soit alocalisé, soit a minima bilocale) non pas maitrisée, mais l’essai que nous ignorons, ou rejetons en double résonnance culturelle; important Voltaire à l’autel (depuis son sanctuaire en deo erexit à Ferney-Voltaire), et exilant Brouard outre-tombe, de vers et de pauvreté en crédits dans une bibliothèque où l’effigie de François Marie-Arouet fait culture et Carl, poussière repoussée ? Momplaisir in ‘Mes convictions profondes’ (2015) révèle.


Compendium et référentiel

Octave : ensemble de notes comprises dans un intervalle de 8 degrés. Octet (groupe de 8 bits)

Mémoire sémantique et élément historique ; Croissance ƛ, décroissance Ƴ, stable ±, nulle Ɵ, retour ˂, = ; Marie Vieux-Chauvette ˂ ƛ – Contenu : femme, sexualité, makout ; Gifrantz ƛ  – Contenu : lemiso batala en relation avec US conservatoire ; Cinéma  ± ƛ  – Contenu : Bruce Lee/Haïtien, Garcelle, Jimmy Jean-Louis, Benz, Alizée ; Dany Laferière  ƛ  – Contenu : littérature, académie, francophonie ; René Depestre  ± – Contenu : citadelle invisible, littérature, Cuba, France ; Religion  ƛ  – Contenu : vodou, chrétien, mort, renaissance ; Politique  ± – Contenu : généraux, mangeur de constitution ; Pauvreté  ƛ – Contenu : misère, exil, mort, maladie, prostitution ; Lemiso batala ƛ – Contenu : arts, chants, interprétation, América ; Femme ƛ – Contenu : GG, Canada, Victime, mère, auteure ; Compas ± – Contenu : musique, dance, voyage, interrogation ; ONU ± – Contenu : assistance, mort, maladie, soldats, UNESCO ; UNESCO Ɵ – Contenu : Franck Etienne, kréyol, francophonie, langue ; Francophonie ± – Contenu : Michaelle Jean, Dany Laferrière, Canada, Québec ; Vodou ± ƛ  – Contenu : lwa, chimie, médecine, croyance, sacrifice ; G créole = police de caractère modifiée, issue de la géométrie haïtienne pour accompagner l’alphabet créole à venir. Symbolisme identifiant Haïti en créole comme culture endogène.

Culmen, mot latin du français, utilisé ici dans le contexte littéraire, mais pris dans le sens géographique (figuré) du terme, pour une forme de dérision. Le sommet du pic de l’incompréhension. Imago, mot latin du français utilisé dans le sens propre, et au figuré pour intelligence et pratique courante. Mon’oncle in cultura québécoise qui dénonce un caractère de prédateur issu d’un paternalisme prôné par la religion ; élément qui aurait aussi produit en introversion politique appuyée par la religion, le Duplessisme, régime politique qui a pénalisé, qui a interné le…. Trudisme. Par opposition au Duplessisme, prônait une liberté fondamentale extravertie, ce qui le rendit populaire.


Bibliographie

DAUPHIN, Claude (2014) ; Histoire du style musical d’Haïti. Montréal, Mémoire D’Encrier, (octave) p.72 ; (langues et musiques créoles) p.181 ; (l’esthétique par l’absurde) p.175 para-2 ; (la femme-fruit ou la métaphore tronquée) p.172 para-2 ; (son/musique) p.54-55 ; (fragments) p.61 para.3

MOMPLAISIR, Michel-Ange (2015) ; Mes Convictions profondes, pensées à l’ombre du soir. Essai d’égologie philosophique privée. Montréal, Les Éditions Nemours Communications.

MOMPLAISIR, Michel-Ange (2012) ; Le vodou haïtien dans l’arc-en-ciel des Religions, essai de phénoménologie comparée des religions. Montréal, Les Éditions Nemours Communications, (géométrie/gématrie) p.91 para.2, (Fouchard), (Jeune) p.200

LAFERRIÈRE, Dany (1995 à 2014) ; L’odeur du Café (1991) VLB Éditeur p. ; Le goût des jeunes filles (1992) VLB Éditeur ; Pays sans chapeau  (1996) ; …(Obin) p…. (café) p.

ÉTIENNE Franck () …  Zago loraj

DEPSETRE René () ; in Jean-Daniel Lafond film (citadelle invisible)

SOUKAR, Michel (2013) ; La dernière nuit de Cincinnatus Leconte. Montréal, Mémoire d’Encrier, (Xantus) p.73 para-II

GREVISSE, Maurice (1990) ; Le français correct. Paris, Édition du Club France Loisirs/Édition Duclot, (les verbes) p.234-303

WETTER S.J., Gustave (1962) ; Le matérialisme dialectique. Rome, Desclée de Brouwer (édifice doctrinal) P.7 para.1-2 ; (superstructure) P.7 209 para.3

HUNTZINGER, Jacques (1987) ; Introduction aux relations internationales. Paris, Seuil, (sociologie) p.111 para-1

SUBERVILLE, Jean (N.719) ; Théorie de l’art et des Genres littéraires (7ième édition). Société l’École.

BAKARY, Bamba Junior (2016) ; Comme un papillon sur ton chemin. Paris, Les Éditions du Panthéon, (dandysme) p.20 para-2, (SAPE) p.21 para-1

FRAISSE, Paul ; PIAGET, Jean (1970) ; Traité de Psychologie expérimentale. Paris, Presses Universitaires de France. (la variation de la réponse) p.I-111 para-4

VINAY, J.P. ; DARBELNET, J. (1977) ; Stylistique Comparée du Français et de l’Anglais. Montréal-Canada, Beauchemin. (Méthode de traduction). p.75 para-1 et 2

JOSEPH Pierre Léonard (2015) ; DAHO l’enseignement sacré des enfants du soleil. Columbia SC, USA Kiyikaat Editions, réédité en 2017

DUMONT BEGHI, Claude (2016) ; Le Gabon de l’héritage au partage. Paris, l’Archipel, (Tintin au Congo) p.17 para-1

CRÉPEAU, François ; NAKACHE, Delphine ; ATAK, Idit (2009) ; Les migrations internationales contemporaines. Une dynamique complexe au cœur de la globalisation. Montréal, Les Presses Universitaires de Montréal, (le choisi versus le non-choisi) p.136 para-3

PSIRICO , em Salvador (2014) ; L’Haïtien au compas ; Youtube, Brésil

GOOGLE Canada, moteur de recherches (2016-2017).


publié par la Revue Reflets le 4 juin 2019 : https://reflets.online/2019/06/04/structure-dautomatisme-pensee-litteraire-haitienne-ou-creation-du-g-creole/